Assurance vie : dévaluation des fonds en euros

Comment faire encore du profit aujourd’hui avec son épargne ? Les propriétaires d’un fond en euro (contrat d’assurance vie) s’interrogent, année après année, sur l’efficacité de leur placement.

Notre épargne est prolifique mais elle n’est pas engagée sur des supports appropriés pour les entrepreneurs. François Hollande entend la mobiliser au service de la croissance et le gouvernement s’est attaché à une refonte de l’épargne pour 2014. Les français sont sous pression.

Les actifs changent coté assureurs

Quoique plus diversifiés qu’avant (fin 2012, plus du tiers des actifs des assureurs était investi en obligations d’entreprise, pour 31% dans des obligations d’Etat, 16% en actions et 2% en immobilier), les fonds en euros restent tributaires d’un contexte, dernièrement renforcé par la détermination de la Banque centrale européenne d’abaisser son taux principal à 0,25%. L’épargnant n’a pas fini d’acquitter les résultats des réformes fiscales.

Gérard Bekerman, président de l’AFER (Association Française d’Epargne et de Retraite) a insisté il y a quelques semaines sur « l’ignorance de la loi, de la jurisprudence et même, du simple principe d’équité ». Selon lui, le gouvernement va enfoncer un support d’investissement déjà malmené par la crise.

La conjoncture est difficile

Le profit des placements en euros diminue pour la 10e année d’affilé. Le bénéfice est passé à un taux net de 2,7% en moyenne suivant BNP Paribas Assurance, alors qu’il était de 2,9% l’année dernière. Le profit moyen va être égal à 2,6%, moins 0,3 point par rapport à l’an dernier.

Au final le placement reste peu rémunérateur, même s’il reste un support à favoriser dans une économie de taux très faibles comme ce sera le cas en 2014 selon les prévisions économiques.

Si l’on n’a pas de nécessité en liquidités, il est possible d’orienter une fraction de ses investissements (viser cinq ans minimum) vers des unités de compte, sans oublier que les gains actuels ne préjugent pas de ce qui va se passer demain.

A lire aussi sur Publish